cover_meet_our_people

« Le travail d’équipe est un paramètre important dans la réussite de ce projet »

Hassan Mirdas, responsable Bâtiments et Infrastructures – BV France

Hassan_Mirdas

Je suis l’interlocuteur privilégié du client et dois répondre à ses attentes et d’adapter certaines données du contrat en fonction de l’évolution des opérations. Nous étions un groupe d’une dizaine de personnes dans ce projet.

Hassan Mirdas Responsable Bâtiments et Infrastructures – BV France

Quel est votre rôle sur ce projet ?

Je suis en charge de la gestion de ce projet et de l’équipe d’une dizaine de personnes impliquées dans les différentes missions.

J’assiste à ce titre à plusieurs réunions, de chantier ou d’études ; je représente aussi le trait d’union entre mes collègues spécialistes et leurs homologues extérieurs.

Je suis l’interlocuteur privilégié de la maîtrise d’ouvrage (Fédération Française de Tennis). Je suis chargé de répondre à ses attentes et d’adapter certaines données du contrat en fonction de l’évolution des opérations. 

Enfin, j’interviens en tant qu’expert, essentiellement sur la structure (métallique et béton armé).

Quelle était la partie la plus passionnante pour vous ?

Elles sont nombreuses, mais je peux en citer quelques-unes :

  • Vue la géométrie de la couverture, il n’est pas possible d’obtenir un calcul fiable des effets du vent sur le court central. Des essais en soufflerie ont donc été réalisés au CSTB de  Nantes pour simuler les effets du vent sur l’édifice et déterminer les efforts qui en résultent.
  • En position repliée, la couverture de près de 3500 tonnes porte majoritairement sur deux paires de poteaux appelés dans le vocabulaire du projet « poteaux élancés ». Une paire de poteaux de chaque côté du bâtiment. Ce sont des poteaux « fins » de 25 m de haut, et leur calcul serait théoriquement simple leur rôle n’était pas aussi important. Les investigations ont donc été poussées au maximum, jusqu’à l’éventualité d’un accident sur un poteau.
  • L’actuelle terre battue du court central est celle qui a toujours existé. Il a fallu la protéger mais surtout adapter les choix techniques pour construire une des tribunes en fonction de cette contrainte !
  • La souplesse des ailes composant la couverture au regard de leur envergure de plus de 100m a imposé la mise en place d’un dispositif d’amortissement et les essais réalisés ont confirmé l’adéquation de leur comportement avec les résultats des études.

Quels enseignements spécifiques avez-vous tirés de ce projet ?

Le travail d’équipe est un paramètre important dans la réussite de ce type de projet, notamment lorsque les membres de l’équipe prennent en charge tous les enjeux du projet et en assument solidairement la responsabilité face aux autres acteurs, y compris le MO. Ce point confirme l’expérience vécue sur d’autres projets similaires.

Cette cohésion nous a aidés à tisser de bonnes relations avec la Fédération Française de Tennis.

Quels problèmes avez-vous rencontrés et comment les avez-vous résolus ?

Les problèmes techniques sont nombreux, ils ont souvent donné lieu à des réunions. Pour les plus importants, nous avons le plus souvent étayé nos avis sur la base de calculs ou d’essais.

Si vous deviez résumer ce projet en une phrase ? 

C’est une aventure exceptionnelle.

Il ne s’agit pas d’un bâtiment mais plutôt d’un ouvrage d’art, au regard des charges en question, des portées et des tonnages ou des volumes de matériaux mis en œuvre.

Les délais liés à la nature même du site : le stade accueille le tournoi RG chaque année et la durée des travaux était réduite à 10 mois par an, laissant ainsi 2 mois à l’organisation des