Technologie

Tout ce qui est numérique utilise un data center

10.07.18

En 2017, Bureau Veritas a acquis Primary Integration Solutions, Inc (PI), leader américain de la mise en exploitation, de l’inspection et de la gestion des risques opérationnels des data centers. PI renforce l’offre de Bureau Veritas dans le domaine de la construction, grâce à ses services dédiés à l’infrastructure des data centers. Interview croisée avec Didier Michaud Daniel, PDG de Bureau Veritas, et Shawn Till, PDG de PI.

Dans quel contexte a eu lieu l’acquisition de Primary Integration Solutions par Bureau Veritas ?

Didier Michaud-Daniel : Dans le cadre de la mise en œuvre de son Plan stratégique 2020, Bureau Veritas se développe rapidement sur le marché du bâtiment et des infrastructures, ainsi que dans le monde numérique. PI a été identifié comme particulièrement bien positionné pour renforcer l’offre de BV dans le domaine de la construction, avec des services dédiés aux infrastructures des data centers, particulièrement aux États-Unis.

Ces caractéristiques s’intègrent parfaitement à BV et nous aideront à nous développer dans le Bâtiments et les Infrastructures, en renforçant nos capacités dans le domaine porteur de la conformité des infrastructures technologiques sur le plus grand marché au monde pour les data centers.

Shawn Till : Parallèlement, la présence géographique très étendue et les capacités techniques de Bureau Veritas permettront à la direction de PI d’apporter à nos clients une proposition de valeur réellement globale et inégalée dans le secteur.

Pouvez-vous nous présenter les grands enjeux du marché de la mise en exploitation ?

Didier Michaud-Daniel : Depuis quelques années, la transformation numérique est centrale pour toutes les entreprises, grandes et petites. Mais en quoi consiste cette transformation numérique ? Pour moi, c’est très simple : ce sont les data centers. Qu’est-ce qu’on entend par le mot « cloud » ? Il désigne les data centers comme service. Tout ce qui est « numérique » fonctionne grâce à une plateforme qui utilise un data center.

Shawn Till : Dans le monde entier, les data centers sont construits à un rythme rapide et avec des projections de croissance sans précédent. En tant que spécialistes de la mise en exploitation, nous avons choisi de nous focaliser sur ce domaine porteur et qui croît rapidement. Notre entreprise est née aux États-Unis et nous sommes donc au cœur du secteur, puisque 60% des data centers au monde sont construits par des multinationales américaines.

Nous avons quelques dizaines de concurrents dans le monde. La plupart sont des cabinets d’architecture et d’ingénierie ou de design, et la plupart sont très spécialisés. Aux États-Unis, nous avons quelques concurrents d’une taille comparable à la nôtre. En 2017, nous avons été reconnus comme la quatrième plus grande entreprise de mise en exploitation des États-Unis. Nos plus gros clients sont des multinationales. Cette année (2018), le marché de la construction de data centers est estimé à 47 milliards de dollars (env. 40 milliards d’euros).

La mise en exploitation est donc une question de confiance, à l’ère des données ?

Didier Michaud-Daniel : Absolument. PI crée de la confiance, et c’était d’ailleurs un des points clés de notre acquisition de Primary Integration. Nos visions et nos propositions de valeurs convergent : nous aidons à créer la confiance qui est cruciale pour l’industrie du bâtiment du 21e siècle.

Shawn Till : Il est très courant d’assurer la sécurité physique des data centers, avec des dispositifs physiques tels que des barrières gardées, des murs et des portes de sécurité, des systèmes de détection des intrusions, des politiques et des procédures, et des équipes de sécurité présentes en permanence.

Du point de vue de la fiabilité des données, la réplication est la solution « courante ». Les spécialistes parlent de « mirroring », c’est-à-dire dupliquer les data centers sur différents sites, pour s’assurer que l’un au moins serait protégé en cas de catastrophe comme un ouragan, une coupure électrique, etc.

La fiabilité, en dehors des catastrophes, dépend fortement de la bonne implémentation du processus de mise en exploitation au cours de construction, sous la conduite d’une entreprise de confiance.

La maintenance prédictive est-elle le nouvel horizon de la confiance ?

Shawn Till : Oui, nous souhaitons vivement contribuer à apporter cette pratique à notre secteur. Elle est déjà répandue dans d’autres domaines critiques comme le transport aérien.

Mais le secteur des data centers a des problèmes spécifiques : chaque fois que quelqu’un touche un équipement, il crée un risque pour le data center. On estime que 70% des pannes qui interviennent dans les data centers sont d'origine humaine !

Donc en pratique, la bonne fréquence de maintenance est un compromis entre la fiabilité du site et les risques engendrés par l’intervention humaine. Nous sommes convaincus qu’il existe une opportunité concrète pour contribuer à apporter la transformation numérique dans le domaine de la maintenance des data centers. Avec l’intégration de l’IoT dès la phase de conception et les avancées de l’IA, la maintenance intelligente pourrait avoir un impact énorme sur le secteur. Nous avons de grandes ambitions de ce point de vue, et grâce à l’expérience de BV dans ce domaine appliquée à d’autres secteurs, nous avons hâte d’aider nos clients à résoudre ce problème à l’avenir.

Les spécialistes de la mise en exploitation sont des experts hautement qualifiés. Peut-on imaginer que l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle aident PI à offrir sa remarquable expérience à plus grande échelle ?

Didier Michaud-Daniel : La réponse est oui. Ces technologies peuvent être utiles pour de nombreuses inspections réalisées tout au long de la phase de construction, et pourraient nous faire gagner du temps. Les lunettes de réalité augmentée telles que Google Glass ou HoloLens nous intéressent, notamment parce que nous passons des années à former nos experts, et que la plupart d’entre eux ont des années d’expérience.

Donc oui, des experts aguerris pourraient aider des personnels moins expérimentés à distance. Nous nous pencherons sur ces solutions en 2018. 

Shawn Till : Grâce à la présence globale de Bureau Veritas, nous sommes très confiants dans notre avenir dans le secteur, et dans notre capacité à offrir à nos clients une solution réellement globale pour nos services de test, d’inspection et de certification sur l’ensemble du cycle de vie de leurs data centers.

Pourriez-vous décrire PI et BV en trois mots ?

Didier Michaud-Daniel : Pour moi, PI peut se résumer à « Future 4.0 », « Expertise » et « Unique ».

Shawn Till : Bureau Veritas est synonyme de « Leader », d’« Excellence » et de « Confiance » !